Une identité européenne?

Commission européenne

En élargissant ses frontières et en incluant des cultures de plus en plus diverses, l’Europe a vu poindre à l’horizon une question incontournable : comment promouvoir l’identité européenne ? S’il est vrai que l’expansion territoriale de l’Europe lui permettrait de faire face aux géants de l’économie mondiale, la menace de la montée des nationalismes n’est jamais bien loin. Dès lors, la question se pose de savoir comment faire parler l’Europe d’une seule voix, tout en promouvant la diversité et en maintenant les cultures individuelles.

Promouvoir la culture

Il est donc plutôt question ici d’une promotion des cultures européennes que de chercher à créer une nouvelle culture, à laquelle chaque citoyen devrait s’astreindre au détriment de sa propre identité. En effet, être citoyen de l’Europe, n’est-ce pas finalement vivre dans l’acceptation d’autrui, tisser des liens de sorte que chacun puisse bénéficier d’un enrichissement culturel et personnel ? Favoriser les contacts et les échanges, telle semble être la solution à adopter pour renforcer la cohésion au sein de l’Europe.

Bon nombre d’initiatives ont été prises dans cette direction, c’est le cas des échanges Erasmus, ou de la désignation annuelle d’une capitale européenne de la culture. Mais il existe encore de nombreuses actions entreprises au niveau de la Commission européenne et qui, malheureusement, restent méconnues du grand public. C’est le cas, par exemple, du programme Europe créative, présenté par la Commission en 2011, et qui a pour ambition de « donner le coup de pouce nécessaire aux secteurs de la culture et de la création ».

Une communication plus efficace

Si nous désirons que des programmes aussi prometteurs que Europe créative sortent de l’ombre, il va de soi que la Commission européenne doit impérativement améliorer sa communication et viser un public beaucoup plus large. De fait, l’information n’est pas toujours disponible dans toutes les langues, et est difficilement accessible. Or, il faut à tout prix éviter de tomber dans une promotion de la culture par et pour l’élite afin que tout un chacun puisse participer, s’enrichir, et s’identifier à ce croisement de cultures européennes.

Un bon stimulant pour l’économieEuro Note Currency

La communication ne s’arrête pas non plus à une simple diffusion des messages concernant les évènements culturels à venir. Le public perçoit souvent le domaine de la culture comme un luxe dont on pourrait se passer. C’est là que la communication doit entrer en jeu pour lever les doutes sur l’aspect financier et dissiper la méfiance des citoyens vis-à-vis des secteurs de la culture, de l’audiovisuel et de la création. Selon une brochure par la Commission européenne, « les secteurs de la culture et de la création contribuent à la croissance économique, à l’emploi, à l’innovation et à la cohésion sociale ». Ces mêmes secteurs représenteraient 4,5% du PIB et 3,8% de la main-d’œuvre de l’UE.

Une chaîne européenne du divertissement ?

Qu’en est-il alors de l’audiovisuel ? Mis à part la très connue Euronews, à laquelle on reproche parfois de donner une version édulcorée de l’actualité, les citoyens européens restent un peu sur leur faim. Ne serait-il pas temps de mettre à la disposition du grand public, une chaîne européenne du divertissement ? La question reste ouverte, et la tâche ne serait certainement pas aisée, car comment atteindre aujourd’hui un public de plus en plus fragmenté, qui évolue dans un monde où les modes de diffusion se multiplient ? De plus, le problème de la langue persiste, certains ne jurent que par les doublages, d’autres penchent plus vers le multilinguisme et les versions sous-titrées, d’autres encore voient l’anglais comme l’esperanto du 21ème siècle. En somme, de nombreuses voies s’ouvrent au secteur audiovisuel, le tout est de savoir quelles sont les décisions à prendre pour savoir laquelle emprunter.

En bref

Les secteurs de la culture et de la création donnent l’espoir de renforcer les liens entre pays membres de l’UE, car ils permettent aux citoyens d’élargir leurs horizons et de se familiariser avec des sphères qui leur sont inconnues, le tout en conservant leur identité individuelle. C’est par une participation active aux évènements culturels et en attisant la curiosité de chaque individu qu’on peut aspirer à une Europe plus unie. Il reste encore beaucoup à faire avant d’y parvenir, certes, mais j’ose espérer qu’avec une meilleure communication on parviendra, à l’avenir, à favoriser ces secteurs et à gagner la confiance du public. Après tout, Rome, non plus, ne s’est pas bâtie en un jour.

Sources:

Union européenne (2013). Comprendre l’Union européenne: culture et audiovisuel. Luxembourg: Office des publications de l’Union européenne, 12 p.

Publicités

2 réflexions au sujet de « Une identité européenne? »

  1. Frédéric De Braeckeleer

    L’Europe (telle qu’on l’entend aujourd’hui par ses institutions et ce qu’on en attend) se définit plutôt par des variables économiques et politiques. A l’origine, la construction européenne provient en grande partie du climat de la guerre froide après la seconde guerre mondiale. Les américains voulaient à tout prix éviter la diffusion du communisme en Europe de l’ouest. La reconstruction des économies étaient également une grande priorité d’après-guerre.

    En fait, la compétition avec le bloc des pays de l’Est a été un formidable catalyseur. Et ce n’est d’ailleurs pas un hasard si le moteur européen s’est grippé après la chute du mur de Berlin.

    Par ailleurs, il y a aussi un grave problème dans le fonctionnement d’une Europe intergouvernementale, ingérable à 28 membres, qui supplante ce qui aurait du être une Europe supranationale, véritable Etats-Unis d’Europe.

    La crise financière de 2008 et l’instabilité financière de certains pays membres ont achevé de creuser une doute majeur sur la viabilité même d’une Europe économique sans pendant politique fort.

    C’est pourquoi, l’avenir de l’Europe est, selon moi, politique avant tout.

    J'aime

    Répondre
    1. pgitani Auteur de l’article

      Merci beaucoup pour votre réponse, j’aime qu’on apporte un autre angle de vue aux sujets que je traite. Bien entendu, je n’ai malheureusement pas bénéficié d’un cursus orienté vers les sciences politiques, du coup j’analyse la situation avec les outils que j’ai en main. Je suis tout à fait d’accord que l’avenir et la gestion de l’Europe sont des questions très complexes qui incluent tout un tas d’aspects autres que l’aspect purement culturel. Cependant, je trouve que parler d’une identité européenne reste un sujet très intéressant, et un sujet sur lequel les avis divergent qui plus est 🙂

      J'aime

      Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s